De phase A en phase B

Coucou me revoilà! au bout de deux mois, comme je le mentionnais sur ma page fb, ce n’est pas – une fois de plus – l’inspiration qui me manque mais bien le temps! Grappiller quelques heures pour réviser (oui oui, je suis encore étudiante, et assumée qui plus est), aller travailler tard le soir la nuit, passer une soirée minimum par semaine avec mon amoureux et entre tout ça, je ne trouve pas le temps, alors bien sûr, je pourrais dormir moins mais vu mon état physique en ce moment (mon genou me lâche mais ça j’en parlerai peut être après les résultats de l’IRM), dormir est crucial.

Or donc, les phases. Phase A, phase B. Comme un vinyle mais avec un ph au lieu du f et un s au lieu du c … humfgr, rien à voir en plus mais je pensais à la chanson de Noir Désir que j’écoutais étant jeune. Cet article part en cacahuète total mais r.à.f. je le publierai tel quel sans relecture et crotte! advienne que pourra ékatéra (non mais je sais que ça ne s’écrit pas, j’ai fait du latin et du grec en plus, mais ça n’a aucun rapport avec la choucroute le sujet). Bref, en ce moment, je suis comme un toddler (oui, en plus d’être latiniste, je suis bilingue, tsé!) . Explication :

A- Oh My Fuc***g God! C’est trop bien de vivre, le soleil, notre fils adorable, magnifique, d’une vivacité sans précédent, nos amis sont parfaits, j’ai un mari en or, une vie géniale. Je ki-f-fe!

B- Un attentat. Larmes. Crise d’angoisse. Stupeur et tremblements. Pourquoi ai-je fais un enfant dans un monde pareil. Pourquoi il y a autant de trous du fût sur terre. Pourquoi salissent-ils la religion?

A- Oooooh! Un papillon

B- aaaaargh, j’ai marché sur une limace

A- Chéri, on se lance bientôt pour le deuxième? Nono est tellement adorablement, il a l’air prêt, nous aussi, ce serait plus qu’une aventure, une épopée familiale. Oui? Oh je ne pensais pas que tu dirais oui aussi facilement

B- Un deuxième? Là? Maintenant? Mais t’as vu notre situation? J’ai même pas fini mon master, déconne pas et puis je vais peut-être devoir me faire opérer en plus. Epoux, tu disjonctes là.

A- Bouaaaaarf? Une opération? Quelle opération? Bé-nin je te dis, et au pire, je suis solide, 2 jours et 4 heures de réduc et c’est parti comme en ’40.

B- Non mais quand même, virus, épidémies, terrorisme, famine, exode, réfugiés, sdf, on va continuer à pondre sur not’ pauv’ terre. Dame, non!

A- Ooooooh! Un oiseau

etc.

Alors, non, je ne suis pas bipolaire, ni schizophrène, ni cyclothymique. Je suis juste humaine, en phase avec mon fils, avec l’actu, avec les ….. oh! un papillon!

Lo, votre dévouée déphasée.

P1000319

Source : crédits personnels, mai 2014, Brussels

ps : comme promis, texte non relu 😉

 

2 ans de toi, 2 ans déjà!

Aujourd’hui mon p’tit gars, mon p’tit pirate a 2 ans. Environ 17250 heures qu’il est venu au monde … et comme beaucoup de parents, j’ai l’impression que c’était hier. Il y a 2 ans, je le regardais dormir, poings fermés dans son petit lit. Il y a 2 ans il n’avais pas encore de prénom, on hésitait entre 3 … « Baby Boy » était inscrit sur la porte de sa chambre, il nous a fallu 3 jours pour nous décider. Petit N. qui n’est plus si petit d’ailleurs. Je l’appelle encore mon bébé, et pourtant, il n’en n’est plus un. C’est un enfant, avec son caractère. Une tempête certains jours, qui crie, qui tape du pied, qui griffe et qui mord, qui a « le diable au corps » dixit une de ses puéricultrices. D’autres jours, c’est un chamallow, une crème d’amour, un câlineur de première classe, qui me pousse vers son père en me disant « bijou papa? ». Oui j’embrasse ton père, oui on s’aime, oui on t’aime. On t’aime tellement que tu aurais pu t’appeler Aimé ou Désiré 🙂

Tu aimes cuisiner, pour de faux mais aussi pour de vrai, tu aimes faire de la « piture » offerte par ta Mana (sa grand-mère), tu aimes danser sur de l’électro ou du hip-hop, tu adores mettre tes « flards » et tes « papos » (comprends foulards et chapeaux), tu aimes signer tous les mots qu’on t’apprend (surtout la pluie ^^), tu as peur des chiens mais tu as envie de les approcher tant que tu restes accroché à ma jambe, tu n’aimes pas qu’on te laisse à la crèche, mais tu n’aimes pas en partir, tu as trois « amoureuses ».

Petit clown, petit toi, petit nous :

bon anniversaire!

Grandis, vis, expérimente, souris, pleure, crie, mange, aime!

P1010542

Quelques jours seulement …

NB : texte non-relu et publié tel quel 😉

Catalogue non-exhaustif des envies incompatibles

À l’heure où j’écris ces lignes, je sors tout juste de la douche, le cheveu encore humide et frisottant, que cette idée d’article a germé en quelques minutes. Allez savoir pourquoi c’est souvent dans ce saint-lieu qu’est la salle de bains que je cogite le plus (peut-être est-ce du au fait que c’est le seul endroit où j’ai quelques instants de pure tranquillité, enfin quand mon fils ne tape pas sur la vitre en chantant « de l’eeaaaaaau lalalalala », bref là n’est pas le sujet).

Afin de ne pas repousser la publication de ce billet comme je le fais très souvent en ce moment ce qui mène la plupart du temps à … une non-publication et donc à un blog de plus en plus vide, je me lance.

En ce moment j’ai envie de beaucoup de choses mais bien souvent, mes désirs sont incompatibles les uns avec les autres. Que choisir? Pourquoi choisir? Dur d’être un adulte et de se restreindre. Quand j’étais enfant je pensais que je pourrais être maîtresse/actrice/dresseuse de bêtes sauvages/écrivain et bien sûr tout ça dans la même journée. Maintenant, l’heure est au choix.

  • envie de continuer mes études et … d’avoir un vrai salaire pas quelques centaines d’euros du fait d’un job alimentaire quelques heures par semaine
  • envie d’avoir un deuxième enfant et … de courir un marathon (bien sûr il y a quelques exceptions mais en général on évite de se taper 42 km enceinte)
  • envie de voyager loin loin loin et … de voir ma famille pendant le peu de vacances dont on dispose
  • envie de profiter de mes amis et … passer des soirées en solo avec mon doux époux
  • envie de faire la fête … et de me reposer
  • envie de ranger tout l’appartement et … de loquer en lisant les nouveaux articles des blogueurs que je suis
  • envie d’être un peu plus mince et … de manger une tartiflette, un McCrotte, une tarte au citron meringuée
  • envie d’être plus respectueuse de l’environnement et … baver devant un steak.

 

Je m’arrête ici mais je crois que vous avez compris le concept 😀

et vous, quelles sont vos envies incompatibles?

P1070572

Une photo qui n’a aucun rapport mais qui est pleine de couleurs 😀

PS : article écrit en 10 mn chrono, mea culpa!

3 mois plus tard … le retour

3 mois. Oui. 3 mois sans rien publier. 3 mois sans écrire et « surtout », 3 mois sans faire un tour sur hellocoton et lire mes blogueuses préférées, sans commenter. J’ai l’impression d’avoir quitté ce monde sans lui avoir dit au revoir. Ce blog, j’ai voulu le fermer mais … non car il y a deux ans après 6 mois d’absence j’étais revenue et bien revenue d’ailleurs, la maternité, la parentalité toussa toussa, j’avais envie d’écrire dessus et je me souviens que ça m’avait fait du bien. Mais aujourd’hui se tourne une nouvelle page. Je n’ai pas le temps, ou je m’organise mal, ou les deux. J’envie les parents qui bossent, ont l’air de bien s’occuper de leurs progénitures et tiennent dignement de super blogs! Comment faites-vous? Donnez-moi votre secret si ce dernier n’implique par de dormir 4 heures par nuit, en ce moment je n’en suis pas capable, besoin de repos. J’écris cet article d’une traite et je le publierai sans me relire car sinon ce ne sera qu’une énième tentative avortée de billet que je mettrais aux z’oubliettes.

3 mois. C’est long et court en même temps et pourtant, ma vie semble s’être accélérée à une vitesse folle. Je ne me plains pas. Loin de là. Disons juste que les priorités ont changé. Entre temps il y a eu un déménagement (pas très loin mais ça reste épuisant), un mariage (oui oui, je suis Madame), deux fractures de fatigue et donc un renoncement au marathon de Rotterdam, un sujet de mémoire validé, des exams, un p’tit bout qui grandit beaucoup trop vite, des recherches d’écoles maternelles etc.

DSC_0710.JPG

La semaine prochaine va annoncer le début de 5 mois épiques, des journées de 18 heures (oui oui), peu de repos (pour les braves). Sincèrement, j’ai peur. Peur de ne pas y arriver et surtout, peur d’y laisser des plumes, d’être trop à vif. En même temps, j’ai hâte, ce tourbillon d’activités me plaît et je sais que quand le mois de juillet arrivera, je soufflerai et les grains de sable de plages bretonnes se glisseront entre mes orteils. 5 mois : c’est long et c’est court.

Allez, à bientôt!

PS : je publie toujours sur instagram par contre 😀

 

On me dit que …

On me dit que je n’écris plus en ce moment : c’est vrai.

On me dit que je ne vais plus visiter les blogs des copines : c’est encore vrai (j’ai juste lu le dernier article de Choupie-Chat).

On me dit que les journées comptent désormais 72 heures et que j’ai le temps de faire tout ce que je veux : c’est vrai hélas faux bien que j’aimerais de tout cœur que ce soit le cas.

Une maman blogueuse me disait dernièrement et je la cite de façon précise  : « Arrête de faire des photos et écris ^^ j’y suis pas sur insta en plus… » (elle se reconnaîtra!).

Quand j’ai du temps, je fais autre chose :

  • Je vais courir. Et oui, ça prends de l’énergie! Après avoir bouclé le semi-marathon de Bruxelles, mon binôme et moi nous préparons pour celui de Rotterdam en avril donc il faut s’organiser, jongler entre le moment où je dépose le petit bout à la crèche, les cours, le boulot de nuit.
semi marathon de Bruxelles

semi marathon de Bruxelles

  • Je travaille, certes pas autant qu’avant mais quand même, ladite crèche doit bien être payée!
  • Je m’occupe de notre nid douillet afin qu’il reste … douillet. Linge, vaisselle, courses, repas. Certes, tout le monde le fait et les wondermums arrivent à tenir leurs blogs (j’ignore encore comment elles se débrouillent).
  • Faire de la paperasse, courir d’administration en administration : consulat, commune, mutualité, services des finances, banques, chercher les colis qui arrivent.
  • Me reposer. Accessoirement. Cela me fait le plus grand bien. Après 16 mois en tant que maman à plein temps, je m’octroie ce droit. Je bouquine, regarde des films de nunuches. SEULE, dans mon lit, bien au chaud.
  • Finalement, j’en profite pour ne pas perdre de vue mes proches Skype, mail, échanges épistolaires, visites et j’en passe

Voilà pourquoi, chers lecteurs je ne suis plus aussi présente qu’avant, pourquoi j’ai lâché le projet 52 que j’affectionnais pourtant beaucoup, voilà pourquoi je ne commente peu ou prou le blog des copines et des autres, voilà pourquoi …. on me dit que je n’écris plus … et c’est VRAI!

Pourtant aujourd’hui j’ai décidé de mettre à jour le blog de mon fils, appeler ma soeur, écrire à des amis et … rédiger ce petit billet. Ce n’est pas grand chose mais peut-être que vos réactions (si réactions il y a) me pousseront à me remettre en selle et écrire à nouveau que ce soit ici ou sur la Graffetaria. En attendant, pour ceux qui ont instapouet, je reste régulière sur ce réseau ==> Lolarsenburger