Brèves de blog

Blog et poils


Hier, au détour d’une conversation Wha***p, une amie me disait qu’elle me verrait bien tenir un blog où je partagerais mes réflexions sociaux-politiques, mes états d’âmes. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que ce blog existe déjà.

Alors nous sommes d’accord, le dernier article remonte au mois d’avril il me semble et en toute honnêteté, je n’ai pas mis un pied virtuel sur cette plate-forme depuis. J’ai pu suivre grâce à l’appli WordPress que certains articles étaient lus et même relayés (comme celui-ci) mais j’ai préféré m’abstenir d’écrire. Il en est de même pour les réseaux sociaux que je consulte de moins en moins car ils ont tendance à me fatiguer et/ou à me déprimer.

Bref, ce blog est comme ma pilosité

Tantôt bien entretenu, lisse et régulier, tantôt laissé en jachère.
Parfois je m’en fiche et je ne lui prête aucune attention, parfois j’ai envie qu’il soit présentable et socialement acceptable. Il y a des moments où je ne m’en occupe pas et c’est O.K. et d’autres où le manque de temps à lui accorder me préoccupe. Je souhaiterais parfois faire table rase, tout effacer et en même temps, c’est comme un journal de bord, des balises pour me rappeler ce que j’écrivais et comment j’ai évolué.

Le poil dans la main

Il est aussi question de flemme et d’énergie à mettre ailleurs. Ça n’aura échappé à personne, la Covid-19 est passée par là avec ses potes confinement, école à la maison et charge mentale accentuée. Puis il y a eu l’été et l’envie d’être dehors, tout le temps. Les après-midi au parc avec les enfants, les apéros dehors, une poignée de jours de vacances et enfin, la tant attendue rentrée. Attendue aussi bien du côté parental que de l’enfant numéro un qui a effectué avec brio une entrée retentissante en primaire. Fierté.
Puis, une éventuelle place en crèche pour l’enfant numéro deux qui a eu un an et demi. Je l’attendais ce moment et finalement, ça ne s’est pas passé comme prévu. Une toux (soit le symptôme à ne surtout pas avoir par les temps qui courent) a décalé une fois de plus les réjouissances. Alors la patience est de mise.
Des projets germent, des idées éclosent et des doutes court-circuitent souvent mes réflexions.
Alors comme un crabe, j’avance de deux pas, je recule d’un et ainsi de suite …

L’écriture dans tout ça ?

L’autre jour alors que j’ai eu la chance d’avoir une heure de pensée ininterrompue, j’ai réussi à écrire mon ressenti sur l’écriture justement.
Pendant longtemps, j’ai pensé (cru ?) que l’écriture devrait avoir une place centrale dans ma vie, que je serais journaliste, écrivaine, scénariste. Puis finalement, je me rends compte qu’il s’agit plus d’un outil que j’aime manier et qui me sert actuellement à mettre de la margarine dans la marmite familiale plutôt qu’une réelle passion.
Je n’écris plus avec envie, j’écris par nécessité.
Alors que faire de ce blog et de mes rêves d’autrice ? Les remiser dans un coin de ma tête ? Les rouler en boule, les avaler et n’en parlons plus ? Je n’ai pas encore répondu à cette question mais il est possible que motivée par l’amie (Ciaoooo cugina) que je mentionnais en début d’article, mes apparitions sur ce coin du web, soient un peu plus fréquentes. L’assiduité n’ayant jamais était une de mes qualités, je ne peux rien promettre.

Sur ce, bon week-end!

2 commentaires sur “Blog et poils

  1. Arf, j’ai ce même sentiment. Écrire pour en faire quoi? Sur quoi? Pour qui? Je ne pense pas qu’il y ait une réponse définitive, elle évoluera certainement en fonction de ton quotidien et de tes aspirations. Mais même si tu décides de ne rien en faire, de ce talent, ce n’est pas grave. Je regarde souvent les écrivains en me disant « ils ont su ne pas laisser passer leur chance », mais finalement, que sait-on de tous ceux qui écrivaient bien et dont on a jamais lu la plume? Ont-ils été malheureux pour autant? Ont-ils l’impression d’être passés à côté de quelque chose? Comme tu vois, je me pose bcp de questions aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. je ne découvre ton commentaire que maintenant ! pas merci wp 🙂 Merci pour ton retour et oui c’est tout à fait ça, nous ne sommes pas malheureux pour autant et la vie n’est pas finie surtout.

      Aimé par 1 personne

Ce blog est affamé : nourissez le de vos commentaires ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.