De phase A en phase B


Coucou me revoilà! au bout de deux mois, comme je le mentionnais sur ma page fb, ce n’est pas – une fois de plus – l’inspiration qui me manque mais bien le temps! Grappiller quelques heures pour réviser (oui oui, je suis encore étudiante, et assumée qui plus est), aller travailler tard le soir la nuit, passer une soirée minimum par semaine avec mon amoureux et entre tout ça, je ne trouve pas le temps, alors bien sûr, je pourrais dormir moins mais vu mon état physique en ce moment (mon genou me lâche mais ça j’en parlerai peut être après les résultats de l’IRM), dormir est crucial.

Or donc, les phases. Phase A, phase B. Comme un vinyle mais avec un ph au lieu du f et un s au lieu du c … humfgr, rien à voir en plus mais je pensais à la chanson de Noir Désir que j’écoutais étant jeune. Cet article part en cacahuète total mais r.à.f. je le publierai tel quel sans relecture et crotte! advienne que pourra ékatéra (non mais je sais que ça ne s’écrit pas, j’ai fait du latin et du grec en plus, mais ça n’a aucun rapport avec la choucroute le sujet). Bref, en ce moment, je suis comme un toddler (oui, en plus d’être latiniste, je suis bilingue, tsé!) . Explication :

A- Oh My Fuc***g God! C’est trop bien de vivre, le soleil, notre fils adorable, magnifique, d’une vivacité sans précédent, nos amis sont parfaits, j’ai un mari en or, une vie géniale. Je ki-f-fe!

B- Un attentat. Larmes. Crise d’angoisse. Stupeur et tremblements. Pourquoi ai-je fais un enfant dans un monde pareil. Pourquoi il y a autant de trous du fût sur terre. Pourquoi salissent-ils la religion?

A- Oooooh! Un papillon

B- aaaaargh, j’ai marché sur une limace

A- Chéri, on se lance bientôt pour le deuxième? Nono est tellement adorablement, il a l’air prêt, nous aussi, ce serait plus qu’une aventure, une épopée familiale. Oui? Oh je ne pensais pas que tu dirais oui aussi facilement

B- Un deuxième? Là? Maintenant? Mais t’as vu notre situation? J’ai même pas fini mon master, déconne pas et puis je vais peut-être devoir me faire opérer en plus. Epoux, tu disjonctes là.

A- Bouaaaaarf? Une opération? Quelle opération? Bé-nin je te dis, et au pire, je suis solide, 2 jours et 4 heures de réduc et c’est parti comme en ’40.

B- Non mais quand même, virus, épidémies, terrorisme, famine, exode, réfugiés, sdf, on va continuer à pondre sur not’ pauv’ terre. Dame, non!

A- Ooooooh! Un oiseau

etc.

Alors, non, je ne suis pas bipolaire, ni schizophrène, ni cyclothymique. Je suis juste humaine, en phase avec mon fils, avec l’actu, avec les ….. oh! un papillon!

Lo, votre dévouée déphasée.

P1000319

Source : crédits personnels, mai 2014, Brussels

ps : comme promis, texte non relu 😉

 

Publicités

4 réflexions sur “De phase A en phase B

  1. Je crois que c’est notre lot à tous, cette petite bipolarité des sentiments, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment. Mais la vie continue à être jolie. Regarde, t’as croisé deux papillons pendant la rédaction de cet article 😉 Hâte de voir un petit Nono bis 🙂

  2. Ma déphasée préférée 😀
    Je comprends tellement tes différentes phases A et B et C et D et … je vais pas faire les 26 lettres (je pourrais, je pourrais…). En Equateur, j’ai compris que j’avais envie d’un enfant. C’est juste que je n’ai pas envie qu’il grandisse n’importe où (ou plutôt, dans n’importe quel climat… Et je ne parle pas de météo!) Disons que lorsque je voyais les enfants entre 6 et 10 ans dévaler les montagnes sans peur, effrayer les vaches et moutons accompagnés de leur chien, sauter par-dessus les sommets (presque), bref, avoir des vies d’enfants à la campagne, coupées du monde, loin de la peur du terrorisme (là, ils pourraient avoir peur des éruptions volcaniques, des tremblements de terre… mais ils s’en foutent on dirait)… Ben j’ai trouvé ça tellement cool que je me suis dit qu’il y avait encore un endroit sur terre où vivre une enfance paisible. ALORS JE PROPOSE ! On laisse tomber les phases A B et toutes les autres lettres et on part élever des alpagas en Equateur ? Allez, on a déjà l’espagnol ! 😛 Bref je divague totalement MAIS voila, c’était juste pour dire qu’il y a encore des havres de paix dans ce bas monde. (Les problèmes et conflits familiaux sont vachement présents par contre… Mais on vit avec ^^)
    Des bises ma chouette folle !

Si tu veux commenter, faut pas s'gêner :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s