Papa, Maman et lui·Parentalité

L’allaité, fini à l’été *** : une seinte histoire


L’allaitement.

Un mot qui aussi inoffensif soit il peut créer un nombre incalculable de débats. Quand on y pense, tout ceci pour une histoire de sein… Là n’est pas la question.

Sur ce blog, je n’ai jamais vraiment parlé de ce sujet. Tout simplement parce que je ne trouvais pas l’intérêt d’évoquer la relation nourricière tout à fait naturelle que mon fils entretenait avec mes seins (ou plus exactement UN sein à partir du 8ème mois). Si j’avais fait le choix de l’allaiter avec un biberon (car oui si on regarde la racine du mot, allaiter veut simplement dire « donner du/de son lait » ; ce que fait toute personne qui s’occupe d’un bébé que ce soit mamairement ou biberonnesquement) je n’en n’aurais pas fait une sinécure donc pourquoi ramener ma fraise – en l’occurrence ma poitrine – pour si peu?

L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE
L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE

Pourtant, il y a 5 jours à peine, l’allaitement s’est fini. J’aurais pu écrire, « comme il a commencé » mais ce serait faux. Cette aventure a en effet débuté dans la douleur. Pendant près de trois semaines : montées de lait douloureuses, peu de prise de poids donc stress donc … baisse de la lactation etc. Cependant, j’ai tenu bon. J’étais pourtant réticente, 1 mois avant d’accoucher je ne voulais pas allaiter, le biberon me convenait très bien, j’allais pouvoir reprendre mon rythme de fêtarde. Une sage-femme a réussi à me convaincre d’essayer, ce que j’ai donc fait dès sa venue au monde.

Puis, je me suis que j’irai jusqu’à 3 mois, puis chemin faisant 6 et 9, pourquoi ne pas aller jusqu’au premier anniversaire. Et là, à ses 12 mois, j’ai ou plutôt nous, d’un commun accord avec mon amoureux, avons pris la décision de sevrer le petit bout en douceur pour arriver à stopper l’allaitement au mois de septembre. Nous nous donnions donc 3 bons mois pour arriver à nos fins.

L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE
L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE

De 6 tétées, je suis d’abord passée à 3 (4 les mauvais jours). Tout se passait très bien comme ça, le fiston ne réclamait pas plus. Puis est arrivé le mois de juillet, les vacances, les découvertes de nouvelles saveurs. En une semaine je suis arrivée à seulement 2 tétées puis 1. Entre temps, nous avions essayé différents laits de substitution essuyant quelques échecs. Lait maternisé (on me souffle dans l’oreillette que désormais il faut dire lait infantile) : NIET. Lait de vache : NON. Lait de chèvre : BEEEEK. Lait d’amande : NEIN.

Arrivés à ce point, nous commencions à nous demander si le petit allait accepter un lait autre que celui de sa génitrice auquel cas, j’aurais pu rebrousser chemin, re-augmenter le nombre de tétées et en avant jusqu’au soufflage de la deuxième bougie. Ma jolie-maman me suggère alors un autre lait végétal : celui à base d’avoine! Banco, il goule 250 ml avec un plaisir non-feint. Pareil avec celui à base de noisette ou encore le lait de riz (nous voulons en effet alterner pour qu’il y ait différents apports en plus des laitages d’origines animales qu’il mange avec plaisir au goûter ou au petit déjeuner), un régal!

L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE
L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE

Venons-en maintenant aux questions qui fâchent :

  1. Comment as-tu pu allaiter siiiiiii longtemps?

Alors soyons clairs ; à mes yeux 14 mois c’est pas grand chose. C’est déjà bien mais quand je regarde mon fils, je vois encore un tout petit bébé qui a besoin de sa maman. J’ai fait ce choix en grande partie par flemme et par économie. Ensuite ça a été du confort, des câlins, un côté pratique aussi. C’est sûr que j’aurais aimé refaire la fiesta un peu plus tôt mais je voulais offrir ça à mon fils car je ne sais pas si pour le deuxième, les conditions seront réunies pour « tenir » aussi « longtemps ».

  1. Pourquoi tu arrêtes déjà, tu ne veux pas allaiter jusqu’au sevrage naturel?

Le vrai sevrage naturel, très peu pour toi. J’ai beaucoup d’affection quand je vois des petits de 3 ans encore au sein mais ce n’est pas que je souhaite. J’ai en grande partie arrêté car mon fils me mordait trop très régulièrement, me griffait et il commençait à me donner des tapes pendant les tétées. Ces moments câlins étaient devenus des corvées et comme on le dit souvent :  « mieux vaut donner le biberon avec amour que le sein à contre-cœur ».

Il est aussi vrai, que faire la fête avec les copains me manquait un peu trop. Certain(e)s me trouveront égoïste, tant pis pour eux :p

Voilà, vous savez tout ou presque car 14 mois d’allaitement c’est aussi :

  • Plus de 2350 tétées
  • 3 soutiens-gorge bien moches mais super pratiques
  • des coussinets les 6 premiers mois
  • du lait pour nourrir des jumeaux
  • des nuits hachurées toutes les deux heures au début
  • un tire-lait qui te fait ressembler à une vache (c’est joli un bovidé, non?)
  • de la lanoline, des téterelles, des coupes récupératrices … du glamour!
  • …. beaucoup d’amour!
http://kenanice.wix.com/gwenael-laroche
L’ALLAITÉ, FINI À L’ÉTÉ *** : UNE SEINTE HISTOIRE
@Gwenael Laroche

*** lacto-poésie

Publicités

12 commentaires sur “L’allaité, fini à l’été *** : une seinte histoire

  1. 14 mois d’allaitement c’est pas mal du tout dis donc (c’est même énorme)! Moi aussi je m’étais dit 3 mois..puis 6 mois…et puis et puis…on a du mal à s’arrêter! Junior a pris le sein jusqu’à 11 mois. Il n’en voulait plus, se détourner du sein au bout de 5 minutes…autant arrêter.

  2. C’est drôle, je veux écrire un article un peu similaire depuis des semaines (des mois ?)… mais, pour l’instant j’ai pas arrêté, alors si c’est pour dire que j’arrête en continuant (non parce qu’en fait, dire que j’arrête en continuant, ça fait des mois que je le fais)…

    Pourtant, je suis persuadée de ne presque plus avoir de lait, mais elle réclame encore, et c’est tellement simple de sortir un sein pour avoir un peu de répit… Bref.

    Moi non plus je ne veux pas aller jusqu’au sevrage naturel (j’ai un petit frère qui s’est sevré naturellement à… 6 ans 1/2 !), mais j’ai pas encore le courage de la restreindre. Compliquée, cette histoire…

    Qu’est-ce que je veux dire, sinon ? Ah oui, ton article est très bien écrit, sinon, j’ai adoré le lire 🙂 Et mis à part que j’allaite toujours (15 mois le gros bébé), j’ai exactement le même bilan, le même ressenti. Ça s’est fait complètement par hasard, pas toujours facilement, au début, mais c’était (c’est ?) quand même une chouette aventure.

    1. Aaaaah le grand retour des commentaires de Camille! je n’attendais plus que toi pour clore la période des vacances blogesques! c’est reparti pour un tour.

      En tous cas tu as bien de la chance que ta fille ne morde pas … en contrepartie le mien ne « cherche » pas en public. U_U on a tous nos « démons » (joke)

Si tu veux commenter, faut pas s'gêner :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s