Papa, Maman et lui·Parentalité

El la maman fut!


Un an. Un an. Un an. C’est rien et c’est énorme. Sur une vie, ça passe inaperçu, ou presque pourtant un an c’est ta vie. Depuis deux semaines, je vois les jours passer, se rapprocher petit à petit de cette fin du mois de mai où tu m’as faite mère. Pour l’instant, je profite d’un moment de répit où tu ne demandes pas mes bras. Tu es tranquille, par terre, tu trifouilles dans ton coffre à trésors où se mêlent cubes, pinces à linges, tambourin, gourde remplie de « trucs » qui font du bruit. Plus il y a de gling gling mieux c’est.

Un an. Pff, j’en reviens pas. Hier encore je revoyais cette photo …

et la maman fut!
et la maman fut!

… prise une poignée de jour avant ta venue au monde. Ton papa a pris un p’tit coup d’vieux cette année, mon visage a changé aussi, tout comme mon ventre. Plus rien ne sera plus jamais comme avant … et heureusement! Maintenant tu trépignes, ton regard sembles dire  » allez Maman, soit cool, prends moi sur tes genoux ». Alors je mets ce texte de côté. Quelques heures plus tard, tu as « gagné », nous sommes sortis au parc rejoindre deux copines et leurs enfants qui ont le même âge que toi. Vous avez joué avec des graviers, tu n’en n’as avalé aucun. Victoire! Sur le retour, à peine 500 mètres de marche, tu t’es endormi tout contre moi en serrant ma main dans le manduca, je t’ai posé délicatement dans ton lit. Tu ressemblais encore à ce nouveau-né, le visage si détendu, les paupières lourdes, un léger sourire au coin des lèvres. J’ai donc pu manger … sans précipitation, et ça, ce n’est pas tous les jours que ça arrive. En écrivant ces lignes, je me délecte même d’une part de gâteau cuit la veille. Si tu me voyais tu te mettrais à gesticuler, à pousser des petits cris jusqu’à ce que je concède à te donner un morceau. Du coup je cuisine avec de moins en moins de sucre et j’ai même enlevé le sel de toutes les préparations.Ce n’est pas plus mal.

Bientôt un an mon bébé. Tu es si petit et si grand. Tu es menu mais on devine derrière ce petit gabarit, une carrure assez forte « un p’tit breton trapu » comme s’en amuse ton papa.Tu es grand quand tu te tiens à tous les meubles et que tu te déplaces en lâchant brièvement ton support. Pourtant tu ne marches pas encore. Nous ne sommes pas pressés, tu es si mignon quand tu déboules à 4 pattes, on dirait une petite locomotive. Tu es déterminé, ah ça oui! Tu es grand quand tu dis « mamaaa » en me regardant avec tes grands yeux et puis si petit quand tu blottis ta tête au creux de mon cou. Tu nous as fait grandir aussi. Je suis devenue mère, puis femme. À moins que ce ne soit l’inverse? Avant ton arrivée, j’étais encore une jeune fille, désormais je comprends pleinement le sens du mot responsabilité(s).

et la maman fut
Un an et 4 dents

Tu nous fais

rire
grandir
rougir
rugir
sourire
s’ouvrir

mais aussi

aimer
râler
pleurer
chanter
danser
(nous) agacer
partager

et … (re)commencer!

Te rends-tu compte de la force que tu as? De la force que tu nous donnes? Probablement non mais un jour (peut-être) tu liras ce texte et tu comprendras. Tu comprendras à quel point tu es important pour nous, tu comprendras que nos je t’aime ne sont pas des paroles en l’air, tu comprendras que si nous te disons si souvent que tu es beau c’est que nous le pensons. Tu comprendras que tu es un enfant de l’amour, que nous t’avons toujours voulu, toujours attendu (ça peut sonner niais comme ça mais c’est la stricte vérité).

Qu’as-tu fais en un an?

Tu as rencontré un tas de gens – grand-parents, oncles, tantes, nos amis les plus chers, des bébés qui deviendront peut-être des amis- et été dans un tas de bras. Tu as plus de 2500 tétées (en faisant une simple moyenne)à ton actif et ce n’est pas encore fini. Tu as découvert la nourriture, au début ce n’était vraiment pas facile, tu es désormais un glouton semi-pro. Tu as fais tes premières risettes, puis tu as eu ton premier sourire dans une vieille maison du Berry. Tu t’es retourné, d’un côté de l’autre, puis tu t’es mis à ramper, à faire du 4 pattes, à te mettre debout et un jour  … tu marcheras. Tu as appris à saisir des objets avec tes petites mains, à vider et remplir sans te lasser un bol de cubes ou tout autre contenu digne de ton intérêt. Tu adores par dessus tout jouer à la cuisine, tu touilles les casseroles, les bols, tous les récipients qui passent à ta portée. Une fois le rangement de la cuisine effectué, il faut compter 10 minutes avant que les placards – ouverts – soient de nouveau sans dessus-dessous. Tu « causes » beaucoup, des dadada, des tatata, des atta quand tu n’es pas content, beaucoup de mama des plus rares papa (mais quand même). Tu galopes quand tu entends la porte s’ouvrir et que quelques secondes avant je t’ai fait le signe « papa », d’ailleurs dès que le téléphone sonne, tu penses que c’est lui et tu babilles. Tu pleures (par empathie?) souvent quand un autre bébé se met à pleurer ou crie dans des sonorités un peu trop aiguës

Tu fais beaucoup d’autres choses, c’est sûr mais je ne pourrais toutes les énumérer et puis il faut bien garder des choses rien que pour nous, comme des petits trésors intemporels. J’aimerais parfois enregistrer les sons que tu produis mais je ne le fais pas et je le regretterais probablement mais tant pis car je sais que beaucoup de souvenirs ne peuvent s’effacer de la mémoire malgré les aléas du temps.

et la maman fut
Qui saura voir le clin d’oeil?

Une dernière chose et je m’arrête ici avant de sombrer dans la mièvrerie (si ce n’est déjà fait) : sois heureux ; vis! Je t’aime.

Publicités

14 commentaires sur “El la maman fut!

  1. Oh que c’est joli tout ça, j’aime beaucoup l’image de la petite locomotive à 4 pattes, c’est tout à fait ça ici aussi ^^.
    Et cette photo de bébé volant,ohlala! Excellent!

  2. Joli billet 🙂 C’est comme ça qu’on voit que finalement, les bébés sont tous un peu pareils dans leurs centres d’intérêt… tout en étant tellement différents et uniques pour nous !

    La photo est impressionnante ! J’ai essayé (j’te jure) mais je ne l’envoie pas aussi haut, moi ! Je n’ai pas vu le clin d’œil à la statuette (ouh la tricheuse qui a lu la réponse) moi ça me faisait penser à cette blague du web, avec un bébé lancé plus ou moins haut selon la perception de la maman ou du papa (oui, expliqué comme ça c’est moins drôle).

    1. Ah ah c’est toujours les papas qui envoient le plus haut possible, je pense que je ne pourrais pas l’envoyer à la moitié de ce qu’il fait (j’avais pris le cliché en mode mitraillette mais je ne voulais pas de .gif sur cet article).
      Et oui les bébés se ressemblent et sont … uniques!

  3. Le petit clin d’oeil avec la statue à gauche 😉
    Beau texte sur sa première année, tu verras les autres passent aussi vite, et sont aussi remplies de belles choses, nouvelles choses…
    Bon courage pour le cap à passer hihi !!

    1. Merci Fanny 🙂
      Bravo pour le clin d’oeil – cadeau burkinabais de ma Mam avant même que je sois enceinte –
      Le cap c’est le coup d’vieux surtout et les 25 ans cette année 🙂
      merci d’avoir lu

Si tu veux commenter, faut pas s'gêner :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s