Pars!Cours!


Tu as 3 ans, tes parents te mettent un cartable sur le dos, quelques crayons de couleurs, un cahier vierge, des chocos et c’est parti. Tu es prête pour l’affronter. L’école. Tu y rentres et personne ne te dit combien de temps ça va durer. Les années passent. Papa et Maman sont contents, tu as des « facilités », chouette. Toi tu t’en fous, tu aimerais qu’on te laisse lire, un point c’est tout. Puis, tu dois étudier un peu plus, normal c’est le brevet : « ceux qui ne l’ont pas, font un CAP ». Et alors? Où  est le mal? Toi tu préférerais avoir un certificat d’aptitudes professionnelles plutôt que de rentrer au lycée. Malheureusement, tu passes ton brevet haut la main, tu choisis la section littéraire. Les emmerdes et les réflexions commencent. Littéraire c’est pour les fainéants, c’est pour ça que t’es dans la lune, ça ne te mènera à rien de toute manière, ah mais en fait c’est juste que t’es trop mauvaise en maths. Oui, c’est ça. Exactement. Je ne comprends rien aux chiffres, ça ne fonctionne pas, cette logique m’échappe. Je survis. Pourtant, mon bac en main je ne sais pas quoi faire. Car c’est bien beau d’aller à l’école, de passer le brevet, d’avoir le bac, c’est quoi la suite?  …. Ah oui les études. En général c’est ce que tout le monde fait quand les questions existentielles s’avèrent être oppressantes. Toi tu n’as jamais aimé faire comme les « autres » alors tu prends la décision de galérer. T’as envie de savoir ce que c’est, tu te fais avoir, salaires de misère, mince, comment je paye le prochain loyer. Certains ne comprennent pas, mais toi tu kiffes. T’as l’impression d’être autre chose qu’une élève sage, le cul vissé sur son banc en bois.Vient le moment de choisir. Ce mot, tu le détestes depuis ta plus tendre enfance : « choisis une pomme ou une poire, choisis le lit du haut ou du bas, choisis si tu passes Noël avec Maman ou avec Papa ». Toi tu voulais les deux; la pomme et la poire, dormir en haut et en bas, Maman et Papa… Sauf qu’il paraît qu’être adulte c’est faire des choix. Alors, tu te dis que finalement, faire des études ce serait pas si mal. Tu t’adaptes, tu te glisses dans le moule, tu ne rentres pas mais tu forces. 3 ans plus tard, tu y es toujours, rien n’a changé. 3 années de cours, de programmes abrutissants, de partiels stupides où l’on te demande de vomir un cours. Toi qui pensais que tu pourrais enfin réfléchir, mettre ta cervelle en branle, tu es bien déçue. Tu dors les yeux grands ouverts, tu rêves d’un idéal inaccessible plutôt que de réaliser une foultitude de possibles. (à suivre)

Publicités

Si tu veux commenter, faut pas s'gêner :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s